MICHAEL RADFORD

Angleterre

Scénariste / Réalisateur

Michael Radford est né le 14 novembre 1950 à New Delhi, en Inde, d’un père anglais et d’une mère autrichienne. Il a fait ses études à l’université d’Oxford, dont il est diplômé en Sciences Politiques, en Sciences Economiques et en Philosophie. Après avoir travaillé comme enseignant et s’être essayé au métier de comédien, il se tourne définitivement vers le cinéma et la réalisation qu’il a découverts en tournant, avec ses élèves, de petits films en 16 mm. Il fait partie des premiers étudiants de la National Film School où il entre en 1971. Il y étudie aux côtés de Bill Forsythe. Ses études terminées, il commence par réaliser plusieurs documentaires pour la BBC. Il tourne des films sur l’Italie, comme The Festival of Unita et The Madonna and the Volcano, qui remporte en 1979 le Prix du meilleur documentaire au Festival du Film de Dyon. Il est également attiré par le nord de l’Ecosse, qui sera le sujet de The Last Stronghold of the Pure Gospel . Il réalise Van Morrison in Ireland, en 1981, puis aborde la fiction avec The White Bird Passes, qui remporte le Scotland’s Best Dramatic Picture Award en 1981. En 1983, il signe son premier long métrage, Les Coeurs captifs (Another Time, Another Place) (1983) , une adaptation du roman de Jessie Kesson. Il y dépeint les rapports humains et la rencontre de deux cultures, celle de paysans écossais et celle de prisonniers italiens durant la Seconde Guerre mondiale. Ses débuts cinématographiques sont très remarqués : son film remporte trois prix au Festival de Taormina, celui du meilleur film, du meilleur acteur et de la meilleure actrice. Il est également couronné par le Prix du meilleur film au Festival de Sao Paolo et au Celtic Film Festival. Michael Radford signe son second film en 1984. Il s’agit cette fois de l’adaptation du célèbre roman futuriste de George Orwell, 1984 (Nineteen Eighty-Four) (1984) dont les interprètes principaux sont Richard Burton (ce sera son dernier film) et John Hurt. Radford reçoit pour ce film le Prix de la mise en scène aux François Truffaut Awards et la Golden Tulip du Festival du film d’Istanbul. Il réalise son troisième film en 1987, Sur la route de Nairobi(White Mischief) (1987) un drame sur fond de décadence coloniale britannique se déroulant au Kenya, interprété par Greta Scacchi, Charles Dance et Joss Ackland. Puis Dancing at the blue Iguana en 200, B. Monkey en 2001, Le marchand de Venise en 2004 et Falawless en 2007. En raison de son amitié pour Massimo Troisi et du succès considérable qu’a rencontré chacun de ses films en Italie, Michael Radford considère ce pays comme sa «seconde patrie», selon ses propres termes.